The Crookes: le concert de la Flèche d’Or.

The Crookes est actuellement en tournée pour assurer la promotion de son nouvel album sorti il y a à peine quelques semaines. Ce troisième opus, intitulé Soapbox, est une fois encore paru sur le célèbre label indépendant Fierce Panda. FreakShow a eu la furieuse intention d’en découvrir un peu plus sur le groupe et s’est rendu au concert donné à la Flèche d’Or la semaine dernière. La presse musicale, et même certains artistes, de l’envergure d’un Noel Gallagher, ont déjà évoqué The Crookes dans des termes assez élogieux. Certains vont même jusqu’à les comparer aux Smiths, en évoquant le côté romantique de leurs compositions. The Smiths, vraiment ? Il n’en fallait pas plus pour renforcer notre curiosité.

Sur place, l’ambiance est assez chaude. Les quatre garçons de Sheffield ont effectivement l’air d’avoir déjà bonne réputation. A peine le temps de les accueillir sur scène, George Waite, le leader du groupe, entame déjà le set qui démarre sur les chapeaux de roue. Notre première impression est assez mitigée : évidemment nous sommes très loin de l’idée que nous nous faisions à l’avance, mais surtout nous sommes gênés par le manque de cohérence entre les différents membres. Nous voici face à un chanteur qui semble vivre l’événement au maximum, gonflé à bloc, alors que Daniel Hopewell, sur la droite de la scène semble complètement éteint. C’est plus intéressant sur le côté gauche où Tom Dakin nous paraît tout de même plus impliqué.

Côté musique, on est dans du rock brut de décoffrage, où la finesse n’est pas de mise. Le chanteur a même tendance à en rajouter en levant le manche de sa basse au ciel assez fréquemment. Heureusement, quand le tempo se calme un peu, nous finissons par y trouver notre compte, et même par identifier un petit quelque chose des Smiths. Très vraisemblablement dans la voix du chanteur, mais aussi dans les rythmiques dansantes du batteur. C’est encore plus évident en réécoutant des morceaux enregistrés en studio, comme Backstreet Lovers par exemple. Après quelques morceaux, le groupe a pris ses marques, et nous assistons à une très bonne prestation, avec enfin une unité parmi les membres, et une énergie très positive qui s’en dégage.

William Soragna
Remerciements: Jess & Penny @ Fierce Panda

Tagged under:

Pin it

William Soragna conjugue sa passion pour la musique et son talent de photographe pour illustrer les articles de Freakshow magazine.

Log in or Sign Up