Revival Mods à la Maroquinerie. Secret Affair.

Il flotte encore un air d’été à la Maroquinerie alors que s’annonce le week-end Revival Mods. Un titre somme toute banal et clinquant pour deux soirées qui le sauront beaucoup moins. Pour les hipsters actuels, voici un petit rappel sur l’histoire des Mods ou Modernists. Cette sous-culture est née au cœur de Londres dans les années 50 et s’est répandue surtout au début des années 60. Elle réunit des fans de modern jazz (d’où vient le nom Modernists) autour de cette musique, qui partagent également un goût commun pour la mode vestimentaire, et une passion pour les scooters. Ayant souvent comme symbole le logo de la Royal Air Force (une cible bleu blanc rouge), les Mods deviennent des amateurs de ska, de soul, de R&B que les militaires américains ramènent dans leurs paquetages.

Après des années marquées par la folk électrique, le rock psychédélique ou encore le punk, plusieurs groupes remettent au goût du jour la musique Mods. Secret Affair est un des fer de lance de cette période Revival Mods à la fin des années soixante-dix. Choyé par la presse anglaise, le groupe réussit à inscrire un grand nombre de singles dans les charts sur une période courte 79-82. Durant les années 2000, les membres originaux du groupe se sont retrouvés pour donner quelques concerts dans le royaume. S’en est suivi une compilation de leurs singles et de raretés. En 2012, Ian Page et David Cairns sortent le 4e album de Secret Affair. Le week-end Revival Mods de la Maroquinerie s’inscrit dans la tournée du 35e anniversaire du groupe. Les anglais vont offrir un concert d’anthologie réservés aux initiés. Et ils étaient d’ailleurs nombreux à s’être donné rendez-vous sur Paris pour profiter de leur musique rock-soul fusion.

_DSC6477Le groupe de la première partie Towerbrown est sur la scène très tôt. Leurs quatre membres nous plongent dans les années du Swinging London. Le son de leur orgue Hammond semble tout droit sorti de la bande annonce d’un film d’Austin Powers. Ce sont pourtant des français originaires de Grenoble, mais ils avouent volontiers être influencés par le R&B, le jerk, et le british beat des années 60. Nous passons un agréable moment en leur compagnie au milieu d’un public qui a tendance à se trémousser.

Après une pause agrémentée de musique toujours 100% british avec entre autre The Specials ou les incontournables Madness, la salle fait le plein. Des quarante- et cinquantenaires mais aussi une jeune génération sont venus revivre l’espace d’une soirée le style et la musique Mods. Au programme guitare-basse-batterie et bien évidemment trompette et saxophone. Secret Affair propose un son authentique qui n’a pas pris une ride. C’est une soirée dédiée aux fans et le groupe compte bien leur faire plaisir. Que ce soit au premier rang ou dans le reste de la salle, le public semble connaître les morceaux que de notre côté nous découvrons pour la première fois. Les Glory Boys de l’époque sont bel et bien de retour ce soir. Loin d’être pathétiques, les six membres présents ce soir entrainent le public qui est là pour faire la fête avec eux. D’ailleurs la Maroquinerie a tout prévu car après le concert, la nuit va se prolonger sur les mêmes styles musicaux par l’intermédiaire de quelques DJs qui vont jouer uniquement sur des vinyles d’époque. La soirée ne fait que commencer et s’annonce déjà comme une réussite.

Tagged under:

Pin it

William Soragna conjugue sa passion pour la musique et son talent de photographe pour illustrer les articles de Freakshow magazine.

Log in or Sign Up