Deaf Rock Records, les 5 ans du label strasbourgeois

Double event pour ce jeudi 30 octobre dans la petite salle de la Laiterie à Strasbourg: les cinq ans du label indépendant strasbourgeois Deaf Rock, et la release party de ‘Shoplift’, premier album de leur dernier poulain: Birdy Hunt.

Fondé en 2009 par Julien Hohl, Christophe Pulon et Thibault Dutt, d’abord sous la forme d’une association, le label Deaf Rock passe à la vitesse supérieure en 2012 en ouvrant son propre studio d’enregistrement et en se diversifiant dans le management et l’édition. Si ses premières signatures sont locales – Electric Suicide Club, Plus Guest, Colt Silvers, 1984, Deaf rock acquiert une dimension nationale avec les niçois d’Alpes, ainsi que les phénomènes du soir: les parisiens Birdy Hunt. L’actualité ne s’arrête pas à cette release puisque le premier Ep de 1984 à venir le 17 novembre est très attendu, en particulier depuis qu’ils ont dévoilés le clip superbe de Curtains in Our Nights.
Il y a autant d’impatience à découvrir les nouvelles têtes que de bonheur nostalgique à revoir sur scène les groupes qui ont fait l’histoire du label.

C’est donc une véritable dream team qui a assurée la première partie de soirée: les membres d’Electric Suicide club, Plus guest, Colt Silvers, 1984, La mort de Darius, Alpes, et Birdy hunt ont interprétés deux titres de chaque groupe dans des configurations inédites, les musiciens échangeant leurs places. Si les débuts sont studieux et les interprétations léchées, la folie ne tarde pas à gagner le deaf rock crew au fil des permutations: les ballons chargés de confettis explosent et apparaissent les bombes “spaghetti” et la mousse à raser. Le concert tourne vite au joyeux bordel festif, l’ensemble des musiciens finissant sur scène pour le dansant As we walk des Colt Silvers dans une ambiance survoltée.

Un petit quart d’heure de (grand) nettoyage plus tard arrive Birdy hunt. Leur look hétéroclite ce soir ne manque pas d’intriguer: on est plus dans l’esprit village people que the hives, faut reconnaître, et surtout ne donne aucun indice quant à leur couleur musicale. On découvre une pop rock efficace bien dans l’air du temps, tantôt dansante ou mélancolique. Leur prestation est toute à leur image: un brin d’insouciance et de folie qui ne cherche pas à s’enfermer dans une posture figée et un courant stéréotypé. Enlevé et frais.
Les Birdy hunt, à de nombreux moments, se révèlent bien plus profonds que leur packaging ne le suggère et l’alchimie entre énergie brute et maîtrise, insouciance et maturité s’opère.
Au final on découvre une formation solide, diablement efficace, qui a su se forger une personnalité bien marquée, dans un registre à la fois moins “poseur” que Foals ou Breton et bien moins lisse que les Two doors cinema club – on peut difficilement écarter la comparaison.

Nul doute que Deaf rock tient la une éniéme pépite, et que cet anniversaire ne sera pas le dernier.


Pour en découvrir un peu plus:
Birdy hunt – « Maria »
Alpes – « Dream Ocean »
1984 – « Curtains in our nights »
http://www.deafrockrecords.com

Texte, photos: Patrice Hercay

Tagged under:

Log in or Sign Up