Excellentissime show de Foxygen à La Machine.

Pour ses dernières dates de concert, Foxygen avait choisi de faire une halte à Paris. Un retour dans la capitale attendu par de nombreux fans depuis leur dernier passage au Pitchfork Festival en novembre 2014. Emballés à la fois par les vidéos et par les commentaires de ceux qui avaient vécu ce festival, notre équipe n’a pas hésité longtemps pour se rendre à La Machine Du Moulin Rouge. Le dernier album des californiens composé de 24 morceaux a reçu un accueil plutôt tiède, voire froid. Les critiques ont souligné son incohérence et dénoncé une qualité moindre que les deux précédents. Nous avons souhaité voir ce que cela sur scène pour nous faire notre propre jugement.

_DSC5937
Foxygen est formé par une paire infernale, Jonathan Rado et Sam France. Leurs premières productions indie et psychédéliques remontent à 2005. Ce soir cependant, c’est une formation étendue que nous découvrons sur scène. Alors qu’une musique enfantine se fait entendre dans la salle, une petite dizaine de musiciens et choristes, s’installe sur la piste. Cette introduction nous met d’entrée de bonne humeur. La formation est quasi au grand complet, mais il manque évidemment le chanteur qui a pour habitude de fendre la foule pour faire son arrivée. Une fois encore, Sam France, véritable figure de proue du groupe, apparaît au dernier moment parmi le public, et grimpe sur scène de façon parfaitement synchrone pour lancer le premier morceau du set.

Ce dernier assure le show quasiment à lui-seul, c’est une vraie pile électrique sur scène. L’homme non seulement chante, danse, hurle, bouge dans tous les sens, mais aussi parfois se traine au sol comme trop enivré par sa propre énergie. Au milieu d’une décoration peace and love, d’un style résolument 60s, Foxygen nous plonge dans une ambiance singulière. Des plantes et des fleurs recouvrent les câbles et pieds de microphones, ainsi que les claviers et la batterie.  Des minis installations de lumières produisent des couleurs tamisées qui  adoucissent l’atmosphère visuelle qui règne sur scène.

Trente secondes à peine de concert, et voici le public déjà chaud bouillant. La musique rock du groupe déchaine Sam, qui nous apparait alors totalement habité par un esprit hippie. L’espace vaste de La Machine semble soudain trop exigu pour contenir l’ensemble des spectateurs venus visiblement en connaisseurs pour faire la fête avec Foxygen. Les trois choristes et danseuses s’en donnent à cœur joie. Jonathan, lui, reste placide derrière ses claviers. Il se montrera un peu plus expressif plus tard, en saisissant une guitare électrique et en jouant vêtu de sa veste US à franges. Les autres musiciens restent discrets sur le fond de la scène, et une fois encore c’est Sam qui fait le show. La chaleur monte rapidement, et ce dernier quitte de plus en plus de vêtements sur scène. Nous aimerions bien pouvoir en faire autant de notre côté. La musique, et l’ambiance délirante nous ravissent. Nous ne boudons pas notre plaisir et nous nous régalons d’être là pour cette excellente expérience que nous offrent les californiens.

Foxygen ne s’arrête pas là, le groupe s’apprête à enchainer quelques festivals d’été en Europe. Retrouvez les différentes dates sur le site officiel du groupe ici!

William Soragna
Remerciement: Agnieszka G. @ Secretly

Tagged under:

Pin it

William Soragna conjugue sa passion pour la musique et son talent de photographe pour illustrer les articles de Freakshow magazine.

Log in or Sign Up