The Soft Moon: une nuit hypnagogique à la Maroquinerie.

The Soft Moon c’est d’abord le projet solo de Louis Vazquez qui officie sous ce nom depuis cinq ans. Ce dernier vient de faire paraitre son nouvel album Deeper, qui fait suite à deux premiers opus, un album éponyme paru en 2010 et Zeros sorti deux ans plus tard. La Maroquinerie appréciée pour ses choix musicaux et sa programmation pointue, ne pouvait pas passer à côté de ce groupe. C’est donc naturellement dans cet amphithéâtre parisien que les fans se sont réunis à l’occasion de son dernier passage dans la capitale.
_DSC7065
La première partie est assurée par un DJ qui va nous assenés des sons électro pur jus. Au programme, gros beats, et petites loops 100% synthétiques en live. C’est toujours délicat de se faire une opinion sur un set électro en restant immobile face à une double platine. Même si deux trois personnes se mettent à bouger en rythme, l’ensemble reste plutôt statique. Les fumigènes et la quasi obscurité ne contribuent pas à créer toute la proximité souhaitée avec l’artiste. Cependant, la prestation de Phase Fatale nous met en conditions pour la suite de la soirée.

Après avoir écouté les premiers albums studio de The Soft Moon, Freakshow était curieux de découvrir ce que le groupe pouvait donner sur scène. Pas forcément amateur de son style, qui oscille entre du noisy-shoegaze et du post-punk, nous avons cependant apprécié l’énergie impulsée par le batteur. De leur côté, les spectateurs n’ont pas attendu longtemps avant de se trémousser sur les rythmes. Le set se déroule exclusivement dans le noir, un simple stroboscope placé derrière la batterie et deux ou trois spots de fond de scène servent aux musiciens à repérer claviers et micros. Les morceaux sont entrainants, et nous finissons par pénétrer l’univers sonore chaotique du groupe. Ils se succèdent sans temps mort, et sans que nous ayons l’opportunité d’apercevoir le visage du chanteur une seule fois. Le public est de plus en plus tendu, et est désormais massé au plus près de la scène. Pas de doute, The Soft Moon saura le rassasier avec une setlist inspirée.

Il faudra attendre la fin du concert, et notre passage au merchandising pour distinguer enfin quelques couleurs, celles des fabuleux vinyles édités par le groupe.

_DSC7692texte: Mauro Mélis et William Soragna
photos: William Soragna
remerciements: Manuel F. @ Differ-Ants=

Tagged under:

Pin it

William Soragna conjugue sa passion pour la musique et son talent de photographe pour illustrer les articles de Freakshow magazine.

Log in or Sign Up