La douceur guerrière de Jeanne added à l’Olympia. Photos.

Une rentrée électro.

Le public amateur de concerts est-il enfin de retour dans les salles parisienne ? Va-t-il enfin pouvoir tourner la page de ces deux derniers mois écoulés ? Pourrons nous sortir de cette période dominée par la tension, la souffrance et la peur ? Nous en rêvons, et le concert de Jeanne Added à l’Olympia nous a donné de bonnes raisons d’espérer. Les amoureux de musique semblent bien déterminés à vouloir reprendre leurs marques, à sortir comme ils l’entendent, à vivre tout simplement. Pour nous également, ce concert sonnait comme la fin de notre période de torpeur. Jeanne nous a donné un bon coup de pied aux fesses avec sa musique électro détonante, sur laquelle elle pose une voix douce et déterminée, accompagnée par une gestuelle inspirée de l’univers de combats.

_DSC9263Calme avant la tempête.

Louise Roam (aka Aurélie Mestres) ouvre le bal ce soir. Elle offre un set électro qui accueille le public de l’Olympia tout en douceur. La demoiselle officie seule derrière plusieurs synthés sur lesquels elle enregistre des boucles. Elle saisit ensuite un violon et se met à jouer en live sur le son électro qu’elle vient de créer pour former de véritables compositions. Aurélie est multi-instrumentiste, et joue également de la guitare et du trombone. C’est dans les voyages qu’elle trouve son inspiration pour son projet solo Louise Roam, aujourd’hui porté par un EP intitulé Raptus.

_DSC0525-2Frémissements dans la salle.

Souvent entourée de deux filles, une à la batterie, l’autre au synthé, ce soir Jeanne Added a décidé de changer ses habitudes. Elle se présente accompagnée par trois musiciens. La batteuse a été remplacée par un batteur pour l’occasion, et une autre personne s’occupe des synthés de la chanteuse, ce qui lui laisse ainsi plus de liberté de mouvements. Elle ne s’en prive d’ailleurs pas, et vient saluer le public aussi bien côté cour que jardin.

L’accueil du public est très chaleureux. Nous n’imaginions pas que Jeanne Added était devenue aussi populaire en à peine une année. Nous l’avions connue dans de plus petites salles, et ces cris de joie qui jaillissent de la foule quand elle apparaît sur scène lui donnent un large sourire. Nous ne connaissons pas son répertoire par cœur, mais les deux premiers morceaux nous paraissent vraiment familiers. Un choix judicieux qui donne un excellent coup d’envoi à la soirée. La suite est semblable à son album Be Sensational qui alterne morceaux guerriers et douceurs hypnotiques. Justement le troisième titre est annoncé comme une chanson d’amour, et calme un peu le public. Tout de suite après, c’est le retour aux sons électro plus dansants.

Issue du milieu jazz, Jeanne Added dégage une certaine délicatesse. Et contrairement à toute attente, sa voie douce se marie parfaitement avec sa musique électro en lui ajoutant un effet hypnotique. Effet renforcé ce soir par les lumières stroboscopiques de la salle. L’Olympia vibre. Jeanne bondit sur la scène et invite le public à en faire de même sur le rythme dansant de ces autres compositions. Le calme revient ensuite de nouveau avec un morceau qui se dégage de son album, Look At Them. L’interprétation qu’elle donne ce soir est envoûtante. Avancée sur une petite estrade, au plus près du public, l’introduction a capella donne des frissons. La communion s’établie parfaitement avec le public.

Freakshow Magazine croise les doigts pour les prochaines Victoires de la Musique. Jeanne Added est nommée dans la catégorie « album révélation ». Alors tous devant vos postes vendredi 12 février prochain.

William Soragna

Tagged under:

Pin it

William Soragna conjugue sa passion pour la musique et son talent de photographe pour illustrer les articles de Freakshow magazine.

Log in or Sign Up